UNE RENCONTRE...DES RENCONTRES

#EUNICE

Le choix d’Haïti comme « Pays Invité »  lors de l’édition 2017 du Salon du Livre des écrivains de Provence à Fuveau (http://www.fuveau.com/), m’avait permis de m’approcher d’un monde que je fuyais. Cet univers des écrivains peuplés de poètes, romanciers, nouvellistes et d’autres espèces ne m’intéressait qu’au quart puisque je le considérais trop fantaisiste et peu pragmatique pour un engagé dans un processus visant comme objectif, lutter contre la disparition de la nation haïtienne.

Un raisonnement qui paraissait tout à fait - et avec raison -  contradictoire si on tient compte de cette réalité palpable de tout ce qu’apporte littérature à la présence d’Haïti dans le monde.

Mon positionnement retrouve ses motivations dont  nous ne prendrons pas le temps de débattre.

Toujours est-il que quand j’ai été contacté et informé du projet, j’ai donné très vite mon accord inconditionnel et j’ai essayé de voir comment y apposer un petite touche militante pour joindre comme on dirait l’utile à l’agréable.

Ce fut assez facilement que j’ai imaginé monté un concours littéraire pour les jeunes écrivains. Le gagnant aurait reçu une invitation venant du comité organisateur et mon association (AFHES) s’occuperait de payer les frais du voyage et du séjour. Bien entendu, si l’œuvre choisi était inédite, l’association se serait chargée de son édition.

Quand j’ai soumis ce projet aux organisateurs, il a été accepté et en plus du prix que j’avais l’intention d’attribuer, il a été question d’une Résidence d’écrivain de trois mois.

Je me suis éclipsé donc en limitant mon travail à la réception et le transfert des manuscrits au comité de lecture de l’association des écrivains de Provence. Après quelques semaines, ce comité fit son choix : un poète a été choisi… Le reste de l’histoire aura été un cauchemar, une plaisanterie que je garde à travers de la gorge avec ce goût amer de la déception et de la tromperie qui ne me quitte jamais.

En attendant le verdict, je m’étais mis à me renseigner un peu plus sur ces écrivains qui m’avaient envoyé leur texte. Les réseaux sociaux permettent de se rapprocher à quelques vérités près des individus qui s’y lâchent sérieusement.

Parmi beaucoup de jeunes intéressantes, mon attention a été particulièrement attirée par Eunice Tobie Eliazar !

Elle semblait aimer les livres et la lecture

Elle écrivait pour elle et pour les autres

Elle lisait pour elle et pour les autres

Elle rédigeait pour le seul journal à tirage sur papier du pays.

Ses images partagées sur les réseaux en disaient beaucoup de cette fille qui semblait ressortir des groupes.

Pour l’approcher je n’ai pas eu du mal à l’aborder par le biais des livres. Ainsi, en août 2017, on se rencontra physiquement à Port-au-Prince pour récupérer des exemplaires des éditions « Monsieur Toussaint Louverture » qu’elle avait choisi parmi ces beaux livres mis à disposition par cet excellent éditeur qui a su utiliser un grand nom pour une grande maison d’édition.

Une année plus tard, encore en août, on se retrouva cette fois-ci autour d’un repas et une bonne bouteille de vin rouge pour discuter de littérature et pour récupérer  un nombre de livres qu’elle avait envie de lire.

En cette occasion, j’ai confirmé ce que j’avais entrevu ou imaginer devant cette jeune fille te parlant avec mesure de la mort et du suicide, cette jeune fille qui déambule dans les rues réputées dangereuses de Port-au-Prince sans trop se soucier de la vraie peur, cette jeune fille qui par instant se considère comme une fillette qui ne veut pas grandir…

Cette confirmation se poursuivit quelques mois plus tard, quand par un enchainement de petits miracles, elle s’est retrouvée en France et à Marseille pour parler de Lionel Trouillot et de son recueil « le Doux parfum des temps à venir » juste avant la présentation d’un concert autour de cette œuvre mise en musique par un compositeur français, ou pour parler de féminisme et engagement féministe invitée à l’improviste sur le plateau d’une station de radio…

Cet espace de mon site, est mis à sa disposition pour se présenter au grand public et à celui qui visite ma page…

Une fleur qui grandit

Au parfum  très prometteur…

#EUNICE